Principe des différents traitements

Écrit par Dr Pascal Prélaud. Publié dans La Dermatite Atopique Canine (DAC)

Il n'exsite aucun traitement universel de la DAC

Traitement préventif

Lorsque l’on possède un chien atopique, il est préférable de mettre toutes les chances de son côté pour éviter que le processus ne s’enclenche ou ne s’aggrave. Les mesures à prendre sont assez simples et essentiellement hygiéniques :

  • Traitement antipuces draconien de tous les animaux tous les mois (tout sur le cycle de la puce sur le site de l'ESCCAP)
  • Alimentation de très bonne qualité (voire enrichie en acides gras essentiels)
  • Nettoyages auriculaires hebdomadaires avec des produits non-irritants et ne provoquant pas de macération excessive
  • Shampooings doux émollients une à deux fois par semaine, si la peau de l’animal est sèche ou prédisposée aux infections, ou produit en spot on (pipette) ayant les mêmes propriétés, voire spray ou mousse utilisés quotidiennement.

Traitement d’une poussée

Lorsque l’animal est en crise, il est indispensable de consulter un vétérinaire parce que celui-ci fera deux choses primordiales :

  • s’assurer que les démangeaisons sont bien dues à une dermatite atopique
  • diagnostiquer les complications infectieuses.

C’est en fonction de ces infections et de la gravité de l’atteinte que le vétérinaire effectue son choix de traitement. En voici les principaux éléments.

Contrôle des surinfections

  • Topiques anti-infectieux
    Des shampooings, des lingettes, des sprays ou des mousses antiseptiques peuvent être prescrits pour contrôler ou accélérer la guérison des lésions de pyodermite superficielle ou de dermatite à Malassezia. Des topiques antibiotiques sont parfois prescrits pour le traitement de formes circonscrites (ex: intertrigo).
  • Antibiotiques
    L’usage des antibiotiques est courant dans le traitement de la DAC. Il est souvent primordial et est parfois  long. Il permet de contrôler les infections bactériennes qui se manifestent le plus souvent sous la forme de croûtes, de collerettes épidermiques (lésions circulaires), de pustules, de pellicules (squames) ou de boutons rouges (papules). En aucun il ne peut faire l'objet d'une auto-médication. La prescription des antibiotiques est désormais soumise à des règles très strictes, dont le but est d'éviter l'émergence de germes résistants.
  • Antifongiques
    Les antifongiques sont des médicaments qui permettent de tuer les champignons responsables d’infections parfois très prurigineuses (Malassezia). Comme pour les antibiotiques, leur prescription peut être faite sur des périodes assez longues (jusqu’au contrôle complet de l’infection). 

Contrôle du prurit

Oclacitinib

L'oclacitinib appartient à une nouvelle classe de médicaments (inhibiteurs de janus-kinase). Cette molécule est capable d'inhiber l'effet du principal médiateur du prurit chez le chien atopique : l'interleukine 31 (IL31). Il agit donc rapidement (quelques heures) sur le contrôle des démangeaisons, sans les effets secondaires des corticoïdes. L'efficacité est très spectaculaire, mais ce n'est qu'un traitement symptomatique.

Corticoïdes

Les corticoïdes ont longtemps été les médicaments les plus efficaces pour contrôler rapidement les démangeaisons lors de dermatite atopique canine. Ils sont administrés soit en piqûre, soit sous la forme de comprimés. Leur prescription pendant quelques jours est sans danger. Sur de plus longues périodes, des effets secondaires peuvent apparaître. Il est donc primordial de ne pas effectuer d’automédication avec de tels médicaments (ex : « sucres contre l’eczéma » vendus en pharmacie) et d’effectuer de tels traitement sous contrôle vétérinaire.

Les topiques corticoïdes sont particulièrement intéressants lorsqu'il n'existe pas d'infection, mais attention il ne faut pas en abuser et leur utilisation se fait sous contrôle vétérinaire (en savoir plus).

Antihistaminiques

L'effet des antihistaminiques dans le contrôle du prurit lors de DAC est faible et souvent nul; toutefois, certains animaux répondent bien à un tel traitement.

Traitement au long cours

Il est souvent nécessaire de mettre en place un traitement pérenne de la dermatite atopique pour limiter ou contrôler définitivement les poussées. Ce traitement est très variable selon les individus.

  • Corticoïdes
    En cas de nécessité d'un traitement prolongé, on peut utiliser des corticoïdes, mais en recherchant les doses les plus faibles possible. Un suivi médical régulier est alors indispensable, afin d’identifier précocement la survenue d’effets secondaires et d’infections (urinaires et cutanées).
  • Anti-histaminiques
    Les anti-histaminiques sont utilisés fréquemment dans le traitement de la dermatite atopique. L’effet sédatif de certains de ces médicaments est intéressant lors de prurit nocturne. Toutefois leur efficacité intrinsèque dans le traitement de la dermatite atopique canine est très variable selon les molécules et selon les individus.
  • Acides gras polyinsaturés
    L'intérêt des acides gras essentiels est double dans le traitement de la DAC : rétablir l'intégrité du film hydrolipidique de surface et limiter la production d'éicosanoïdes proinflammatoires. L'action anti-prurigineuse est nulle, mais une diminution des prises de corticoïdes est possible.
  • Alimentation
    Afin de limiter les risque de sensibilisation ou pour éviter une rechute liée à une hypersensibilité alimentaire, on prescrit une alimentation hypoallergénique à base soit d'hydrolysats, soit dans les cas les plus sévères d'acides aminés.
  • Désensibilisation (immunothérapie spécifique)
    Le principe de la désensibilisationspécifique est d'administrer régulièrement des extraits de la substance allergisante, pour induire une tolérance immunitaire (absence de réaction allergique).
    L’efficacité de ce traitement ne doit pas être jugée comme celle obtenue après une simple injection de corticoïdes. Le but d’une désensibilisation est que le chien soit moins malade ou moins souvent malade. Une guérison complète et définitive n’est observée que dans 20% des cas. Par contre, dans 80% des cas, les animaux n'ont pus beasoin que de soins locaux . L’amélioration est rarement siginificative avant 6 mois.
    Il est donc nécessaire d’être patient et de surtout ne pas abandonner ce traitement lorque l’animal présente une rechute. C’est normal, même quand le traitement est efficace. D'autre part des études récentes montre que le traitement est d'autant plus efficace qu'il est long (plus de 3 ans)
    La désensibilisation est essentiellement efficace chez le chien avec les extraits d’acariens de la poussière de maison et les pollens de Graminées.
    Les effets secondaires sont bénins et beaucoup plus rares qu’en médecine humaine. C'est un traitement peu onéreux et rendu très simple par de nouveaux protocoles.
  • Cyclosporine A
    La ciclosporine A est le traitement de fond le plus efficace de la dermatite atopique canine. Elle possède, ce qui est rare pour cette maladie, une AMM (autorisation de mise sur le marché) dans cette indication. Cet immunomodulateur agit en réduisant la réponse allergique sans provoquer d'immunodépression notamment sans favoriser les infections cutanées.
    Le traitement d'attaque varie de un à trois mois selon la réponse de l'animal. Si après un mois de traitement les démangeaison sont très bien contrôlée, on peut rapidement espacer les prises de médicaments. Si le résultat est moyen, le traitement journalier est poursuivi pendant un à trois mois. L'utilisation tout au long de la vie de l'animal à dose réduite ou en prises espacées est la règle lors de bonne réponse. Les effets secondaires de ce médicaments au long cours sont négligeables, très loin de ce que l'on observe chez l'homme (en savoir plus)
  • Traitements divers
    Il existe une multitue d'autres traitements (auto-hémothérapie, urinothérapie…), mais soit ils n'ont jamais fait la preuve de leur efficacité, soit celle-ci est faible. On peut citer les herbes chinoises qui peu efficaces seules, permettent par contre de diminuer es prises de corticoïdes chez les animaux nécessitant une corticothéraie au long cours
    . La pentoxifylline est aussi fréquemment utilisée chez les animaux âgés ou allergiques aux Graminées ou lors de dermatite de contact associée, ce qui est rare (en savoir plus).

L'International Task Force on Canine Atopic Dermatitis a publié en 2010 des bonnes pratiques de traitement de la dermatite atopique canine, publiées dans plusieurs langues dont le français. Une nouvelle mouture est en préparation et sera publiée en 2015