FAQ

Écrit par Dr Pascal Prélaud.

 

Mon animal est-il contagieux ?

Non un chien atopique n’est pas contagieux, même lorsque sa peau est infectée.

Dois-je lui prodiguer des soins spécifiques ?

Hormis ceux prescrits par votre vétérinaire, il est important d’effectuer des soins hygiéniques simples : traitement anti-puces mensuels (de tous les animaux vivant sous le même toit), brossages quotidiens, nettoyages auriculaires non-irritants (demandez conseil à votre vétérinaire).

Faut-il laver les éléments de confort (panier, couverture…) plus fréquemment ?

Non cela n’est pas nécessaire, mais il faut le faire régulièrement, cela permettant d’éliminer les débris cutanés favorables au développement des acariens de la poussière et des œufs ou des larves de puces.

Faut-il prendre des précautions particulières pour les enfants ?

Sur le plan médical non, la maladie n’étant pas contagieuse. Par contre, un animal en crise, notamment lorsqu’existe une otite, peut-être irritable. Il faut donc éviter de manipuler les oreilles violemment.

Faut-il prendre des précautions particulières dans la maison ?

Dans les maisons, on peut tenter de lutter contre les puces et contre les acariens. Pour lutter contre les puces, on peut aspirer très régulièrement les zones de repos des animaux et y appliquer tous les deux mois des produits anti-puces spécifiquement conçus pour l’environnement. La lutte contre les acariens est beaucoup plus difficile et en pratique presque impossible : nettoyage deux fois par semaine à la vapeur, utilisation régulière de produits tuant et dénaturant les acariens… Même quand on utilise de telles mesures, la concentration en acariens redevient maximale en une à deux semaines.

Mon animal peut-il avoir des réactions inhabituelles ?

Les chiens atopiques sont prédisposés aux allergies alimentaires et aux allergies aux acariens, mais pas aux allergies vaccinales ou médicamenteuses. Par conséquent, ces animaux suivent des traitements comme tous les autres, sans précautions particulières.

Les crises peuvent-elles être déclenchées pour des raisons spécifiques (allergènes, saison…) ?

Oui et les plus fréquentes sont dues aux puces ou aux acariens de la poussière (crises lors de changement d’environnement ou en vacances par exemple), beaucoup plus rarement à des pollens (crises importantes à partir de la fin mai par exemple lors d’allergie aux Graminées).

Mon animal peut-il transmettre à sa descendance cette maladie ?

Oui. La dermatite atopique est une maladie ayant des bases génétiques très nette. Il existe ainsi des races très prédisposées et de véritables familles de chiens atopiques.

Que faire quand une crise débute ?

Il est indispensable de consulter son vétérinaire, parce qu’à chaque crise les types d’infections peuvent être différents et le traitement n’est donc pas toujours le même.

Il sera malade toute sa vie ?

La dermatite atopique est avant une maladie ayant des bases génétiques fortes. Par conséquent, un chien demeure atopique toute sa vie. Toutefois, avec des soins appropriés, l’animal n’est pas malade toute sa vie. La grande majorité des chiens atopiques vivent sans prendre de médicaments.

Comment mon animal peut-il être allergique aux puces alors que je n’en vois pas sur lui ?

Lorsque l’on voit des puces sur son animal, cela veut dire qu’il en existe des milliers dans son environnement. Lorsqu’on ne les voit pas cela ne veut pas dire qu’elles ne sont pas présentent dans l’environnment. Tous les chiens et tous les chats ont des puces. Dans des conditions d’hygiène correcte et avec des traitements anti-parasitaires réguliers, le nombre de puces est très réduit. Les animaux mange les rares puces qui passent dans les poils quand ils sont éveillés, si bien qu’on ne les voit jamais. Ce n’est pas une raison pour relâcher la pression ! Les chiens atopiques doivent être traits contre les puces tout au long de l’année.

Les corticoïdes sont-ils dangereux pour mon animal ?

Les effets secondaires liés à l'usage abusif et non contrôlé des corticoïdes sont responsables de leur mauvaise réputation aussi bien chez l'homme que chez les animaux. Il serait cependant dommage de s'en priver car administrés de manière prudente et raisonnée, les corticoïdes réprésentent un traitement de choix de la crise prurigineuse. Cette solution n'est pas dangereuse pour l'animal si on se limite à 4 ou 5 épisodes par an. Par contre, leur utilisation à long terme est beaucoup plus problématique et nécessite un suivite médicale rigoureux.

Si mon animal reçoit un régime hypoallergénique,
puis-je lui administrer des médicaments avec un morceau de fromage par exemple ?

Pendant la durée du régime d'éviction, il est primordial que votre animal ne reçoive absolument aucun autre aliment que son régime d'éviction si l'on veut pouvoir définitivement confirmer ou écarter l'hypothèse d'une réaction alimentaire. Il serait dommage de ruiner tous ces efforts pour quelques petits morceaux de fromage ou de gâteau ! Le moindre extra doit donc être évité. S'il n'est vraiment pas possible d'administrer un médicament directement dans la gueule de votre animal, il faudra alors ruser pour le cacher ou l'écraser dans le régime hypoallergénique, le diluer dans de l'eau pour l'administrer à l'aide d'une seringue ou encore fabriquer avec quelques croquettes et de l'eau une "bouchée" dans laquelle on aura pris soin de camoufler le comprimé. Le miel, dénué de protéines, est aussi une solution envisageable.

L’usage de shampooings médicamenteux est-il indispensable ?

Les shampooings médicamenteux contiennent des ingrédients additionnels qui augmentent ou ajoutent d’autres effets, comparés à ceux d’un shampooing classique. Il est impératif que les produits soient appliqués convenablement, laissés en contact suffisamment longtemps, et correctement rincés. Le principe de la plupart de ces produits est de renforcer la barrière cutanée, d’être antiseptiques et éventuellement de diminuer la réponse inflammatoire. Leur intérêt est limité par deux facteurs:
- la praticabilité chez les animaux de grand etaille ou à pelage long
- la nécessité d’effectuer fréquemment des soins (2 fois par semaine ou plus) qui aggrave les problèmes de praticabilité et nuit au traitement anti-puces
Une thérapie réussie est rarement basée sur l’emploi de shampooings médicamenteux utilisés seuls. Plus fréquemment, ils servent de thérapeutique de soutien pour obtenir de meilleurs résultats plus rapidement ou pour prévenir les récidives, et sont associés à un traitement par voie générale.

La viande blanche est-elle moins allergisante que la viande rouge ?

Cette tradition colorée a la vie dure dans certains pays (surtout la France). La couleur de la viande ne préjuge en rien de son caractère potentiellement allergisant ou a contrario hypoallergénique. En effet, chez le chien comme chez le chat, l’origine et la couleur de la viande ne sont pas des éléments incriminés dans les études sur l’étiopathogénie des hypersensibilités alimentaires. Chez le chien, on a pu démontrer que ce sont la quantité du type de viande ingéré dans le temps (le risque croît avec la quantité ingérée), voire la race du chien qui sont les éléments les plus importants. Une viande bien rouge, comme la viande de cheval, est d’ailleurs très largement utilisée avec succès comme base des régimes d’éviction ménagers.

J’ai fait un test allergologique et mon chien est allergique à plusieurs aliments. Peut-il en manger ?

La valeur des tests allergologiques dans le cadre du diagnostic d’hypersensibilité alimentaire chez le chien étant nul, on peut répondre oui. Seule la réponse à l’éviction puis à des provocations permet d’identifier les aliments responsables.

Mon chien peut-il être allergique à moi-même ou à mon chat ?

On observe parfois des tests allergologiques positifs aux squames humaines ou de chat. Toutefois aucun cas de vraie allergie clinique à l’homme ou au chat n’a été démontré chez le chien

Comment mon chien peut-il être allergique aux acariens de la poussière
alors que je suis un maniaque du ménage ?

Lorsque l’on est allergique aux acariens de la poussière de maison, même après un ménage rigoureux il existe toujours des allergènes d’acariens présents dans l’environnement. Par conséqeunt ce n’est pas la qualité du ménage qui est en cause, mais l’héritage génétique de votre chien.

On a déjà trouvé que mon chien est allergique aux acariens.
Pourquoi faire un régime maintenant ?

Votre chien est atopique, donc prédisposé à développer de nombreuses allergies. Le fait d’être allergique aux acariens de la poussière de maison ne veut pas dire que votre animal ne présente pas en plus une hypersensibilité alimentaire dont les symptômes sont les mêmes. Environ 30 % des chiens atteints de dermatite atopique peuvent être très significativement améliorés par une régime hypoallergénique. Par conséquent, avant de mettre en place un traitement aussi long qu’une désensibilisation, on essaie de savoir si celle-ci peut être évitée grâce à un régime hypoallergénique.

Mon chien est allergique aux acariens de stockage.
Puis-je quand même lui donner un aliment industriel ?

La sensibilisation aux acariens de stockage est très fréquente chez les chiens atopiques, quel que soit le type d’alimentation. Les aliments industriels sont exempts d’acariens de stockage, mais leur stockage peut s’accompagner d’une contamination. Par conséquent, il est inutile de changer d’alimentation. On peut, tout au plus, revoir l’hygiène du stockage des aliments